fbpx

Les régimes, on en parle ?

Mathilde Edenne

Mathilde Edenne

Hier soir, je me suis contactée. J’ai fait appel à ma grande Moi comme dirait Céline Pod ! Bref on prenait un café ensemble et je lui parlais des régimes alimentaires et de tout ce que le monde peut véhiculer dessus. 

Tout d’abord j’ai cette profonde certitude que le poids que nous prenons dépend exclusivement des croyances que nous acceptons comme vraies pour nous. Parce qu’on nous rabâche sans arrêt de faire attention à telle ou telle chose, parce qu’elle fait grossir. Nous l’entendons tellement souvent que nous le prenons pour acquis. Et j’en fais parti ! 

Cela dure depuis mon enfance donc il est difficile de savoir ce que j’ai accepté ou non comme permettant la prise de poids. C’est pour cette raison que je rééduque mon esprit aussi souvent que j’y pense ( mouais j’ai des oublies … XD ). Comment je procède ? Je me répète des phrases comme tout ce que je mange participe à mon amincissement. Ou, tout ce que je mange est parfait pour mon corps et me permet d’atteindre la taille idéale de … Bref toutes sortes de choses je vous dis ! Ce qui est bien c’est que cela fonctionne pour tout ! 

Par contre, quand je commence à culpabiliser en regardant le contenu de mon assiette, je fais un soin énergétique à mon assiette pour que tout soit saint et parfait pour mon corps. Comment ? J’imagine toutes sortes de choses mais la plus commune est de visualiser une flamme violette de purification qui englobe les aliments que tu te prépares à manger.

Finalement la culpabilité est un parfait indicateur de ces croyances que nous avons et qu’en plus nous véhiculons à nos proches. Si je t’assure même moi je m’en rends compte et j’essaie de ne pas le faire. Autant dire que c’est un travail de tous les instants quand il est l’heure de manger. Et oui, quand tu as fait une multitude de régime, tu penses tout savoir mieux que tout le monde concernant l’équilibre alimentaire. 

Alors on fait quoi dans le fond ? On prend ce qui nous fait envie et sans culpabilité juste en savourant ce que nous avons. Parce que, si ça me fait envie ou en tout cas si mon corps le réclame, c’est qu’il en a besoin. Ah ah ah je m’apprêtais à te dire de faire attention à tes quantités ! Alors que c’est également une croyance. Non ce qu’il faut faire c’est vraiment écouter ton corps. Connaitre les signes qu’il t’envoie et qui te permettent de mettre fin ou non au repas que tu es en train de prendre.

Enfin, et pour conclure, j’ai demandé à ma grande Moi, quel était son truc pour perdre du poids. Elle m’a répondu être heureuse ! Parce que lorsque je suis heureuse, je suis dans l’instant présent, et je n’ai pas besoin de me remplir d’un aliment qui comblerait un manque affectif. Parce que quand je suis heureuse, je suis entièrement à ce que je fais, et ce que je fais est forcément bon pour moi !

Le contenu t'a plu ? Tu penses qu'il peut aider ? Sens toi libre de le partager

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

A l'affiche

Articles similaires

balls, marbles, round-407081.jpg

Comment oser affirmer sa différence

« A force de vouloir rentrer dans le moule, on finit par devenir tarte » C’est dit ! Donc il est temps d’arrêter de faire comme les autres pour enfin être soi même. Facile à dire n’est ce pas mais comment fait on ? Je te dis tout dans les lignes suivantes. Du comme tout le monde

fantasy, portrait, fantasy portrait-4339034.jpg

Comment mettre de l’intuition dans l’entreprise

L’intuition dans l’entreprise c’est un vaste sujet car cela peut avoir des conséquences manifestent. Il y a un moment d’ailleurs, je lisais un livre concernant cela, et la personne disait qu’il était nécessaire d’écouter à la fois son mental et à la fois son intuition pour faire le choix le plus juste. Je ne suis

Sortir du Syndrome de l’imposteur

Est ce que toi aussi tu te dis Je ne suis pas assez bien  Elle, elle fait tellement mieux que moi Je n’y arriverais jamais Je ne sais pas ce que l’on me trouve ou l’on peut me trouver …  Il y en a tellement qui font ce que je fais, pourquoi, comment y arriver

Retour haut de page