fbpx

Chamboulement

Mathilde Edenne

Mathilde Edenne

Accueillir, accepter ce qui vient … Mais punaise c’est quoi tout ce bazar. En cette période de chamboulement intérieur, mes peurs les plus anciennes refont surface. Alors maintenant j’en fais quoi ?

Déjà j’observe … Si, si je regarde pourquoi elles sont là. Pour me protéger ? Pour m’aider à avancer ? Pour les transcender ? Pour être un peu plus moi sans artifice ?

Je suis de ceux qui portent leur blessure en bandoulière, comme en témoigne mon corps si parfait et si intelligent ! Maintenant que j’ai fait cette découverte, j’en fais quoi ? Déjà, je ne lui en veux pas et je ne m’en veux pas. Je l’accepte puisque c’est ainsi à quoi bon lutter ? Par contre je peux changer dès à présent ! Mes blessures ne me définissent pas ! Elles ne sont pas moi ! Elles m’ont plutôt appris sur moi. Pourquoi je suis ainsi, ce qui me touche, ce qui me met en colère, ce qui me fait aimer.

Là, je viens de mettre en lumière quantité de choses et cette pleine lune est juste … Waouh ! J’avais peur de l’abandon, vu que depuis mon enfance … Mais en vrai je n’ai jamais abandonné. Je suis moi. Je suis cette femme fière de son parcours. Fière de ce qu’elle est, au point que je comprends que les personnes qui quittent mon chemin, ne sont pas des lâches qui m’abandonnent, mais des êtres qui ne me correspondent plus. Alors qu’est-ce que l’amour, si ce n’est que laisser partir ce qui ne nous convient plus. Je me respecte, je comprends et je m’aime suffisamment pour laisser partir. Les gens ne m’appartiennent pas.

La blessure de trahison : j’ai pris conscience, qu’au-delà de tout ce que j’ai pu vivre, je n’ai jamais, au grand jamais, aimé qu’on me mente, qu’on me trahisse. Mais en vrai, la seule personne que je trahis quand je suis dans cet état d’être c’est moi ! Le choix des autres ne me concerne pas dans le sens où elles ne dépendent pas de ma responsabilité. Me sentir trahi par les autres, c’est me sentir trahi pas moi-même. Je reconnecte je fais la paix, je m’aime. Je sais qu’il est impossible que je me trahisse. Je SUIS.

La blessure d’injustice : Alors Calimero c’était souvent moi. Au point que j’ai envisagé un jour de me diriger vers les métiers de la justice. Oui mais qu’est-ce qui est injuste en soi ? Les autres dit mon égo. Mais les autres, c’est nous, c’est moi ! Est-ce que je suis injuste ? Parfois oui… OK j’accueille, désormais je prends conscience que dans mon équilibre réside ma propre justice. En m’aidant moi, j’inspire les autres.

La blessure de rejet : Je n’ai jamais vraiment eu beaucoup d’amis, des parents qui avaient abandonné leur poste. Oui je me suis sentie rejetée ! Mais leurs choix ne me définissent toujours pas. Je ne suis pas rejetée par le plus important. Je fais partie de l’univers. Et comme un orchestre, on a besoin de moi pour que la symphonie soit parfaite. Alors oui j’apporterais ma pierre à l’édifice et j’arrête de rejeter la faute sur les autres. Je suis responsable de tout ce qui m’arrive. Je suis responsable de mon corps si parfait. Je SUIS AMOUR !

Enfin l’humiliation … Celle-ci elle fait mal, et la racine est profonde, ancienne mais elle ne me caractérise plus parce que je l’ai décidé. Je suis un être parfait, tel que je suis, et il est hors de question que j’endure cette humiliation que je crois subir alors que je le permets inconsciemment ! J’ai le droit d’être ce que je suis, le droit de faire ce que je veux, le droit d’accepter tout mon être dans son infini beauté.

A partir de maintenant, je ne laisse plus les autres définir ce que je suis ce que j’ai le droit d’être. Je suis entièrement responsable de tout mon être et je promets de faire de mon mieux avec ses nouvelles connaissances (j’ai toujours fait de mon mieux, cela va de soi !). De faire resplendir cette âme que je suis, d’aider toutes les personnes qu’il me sera permis d’aider. De faire vivre à travers moi les volontés de l’Univers en répondant à mes propres besoins, envies. Parce que je suis l’infini de cet Univers.

Je suis connectée à tout le monde. Je me sens connectée à tout : minéraux, végétaux, animaux, humains, éléments, élémentaux. Alors en me délivrant des chaines qui jusqu’ici m’empêchaient de voir, et de sentir quel être merveilleux je suis, j’aide aussi d’autres personnes à en faire de même. J’espère qu’en me lisant vous prendrez conscience de qui vous êtes. Un ETRE PARFAIT, tout comme moi avec des nuances un peu différentes pour qu’on puisse d’accorder pour une magnifique symphonie ! Toi qui me lis, sache que même si je ne te connais pas, même si je ne sais pas qui tu es, je sais que tu es une partie de moi, tout comme je suis une partie de toi. Comme je m’aime, c’est avec une absolue certitude que je te dis que je t’aime du plus profond de mon cœur.

Je me remercie, je vous remercie et je remercie toutes les choses, personnes, et énergies qui ont contribuées à cette prise de conscience !

Le contenu t'a plu ? Tu penses qu'il peut aider ? Sens toi libre de le partager

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

A l'affiche

Articles similaires

balls, marbles, round-407081.jpg

Comment oser affirmer sa différence

« A force de vouloir rentrer dans le moule, on finit par devenir tarte » C’est dit ! Donc il est temps d’arrêter de faire comme les autres pour enfin être soi même. Facile à dire n’est ce pas mais comment fait on ? Je te dis tout dans les lignes suivantes. Du comme tout le monde

fantasy, portrait, fantasy portrait-4339034.jpg

Comment mettre de l’intuition dans l’entreprise

L’intuition dans l’entreprise c’est un vaste sujet car cela peut avoir des conséquences manifestent. Il y a un moment d’ailleurs, je lisais un livre concernant cela, et la personne disait qu’il était nécessaire d’écouter à la fois son mental et à la fois son intuition pour faire le choix le plus juste. Je ne suis

Sortir du Syndrome de l’imposteur

Est ce que toi aussi tu te dis Je ne suis pas assez bien  Elle, elle fait tellement mieux que moi Je n’y arriverais jamais Je ne sais pas ce que l’on me trouve ou l’on peut me trouver …  Il y en a tellement qui font ce que je fais, pourquoi, comment y arriver

Retour haut de page